Dans l’hexagone, la plupart des voitures se tournent aujourd’hui vers des carburants économes et verts. Ainsi, il est très courant de rencontrer des voitures qui fonctionnent au Gaz de Pétrole Liquéfié, GPL ou encore à l’éthanol. La plupart des détenteurs de voiture au GPL sont néanmoins équipés d’un système à bicarburation. Il permet aux voitures de fonctionner aussi bien au GPL, qu’a l’essence conventionnelle. Les avantages de cette capacité sont nombreuses et rendent entre autres le véhicule très autonome et indépendant du réseau de distribution de GPL, qui est évidemment moins fourni que celui de l’essence.

gpl

En ce qui concerne l’éthanol ou E85, il est un savant mélange entre un alcool recueilli à partir de matières végétales et de l’essence. On l’emploie dans des moteurs flexifuel, pouvant fonctionner aussi bien à l’essence sans plomb, l’E85 et parfois même au mélange entre les deux. Jouissant aussi d’un coût abordable, il est aussi un carburant recommandé au vu de son côté soucieux de l’environnement et sa pollution très faible comparativement à l’essence conventionnelle. Mais le GPL et l’éthanol ont-ils les mêmes aptitudes ? S’il fallait n’en retenir qu’un seul, que faire ?

Les avantages liés à l’adoption du GPL comme carburant

On peut facilement retenir trois avantages du GPL comme carburant. Il y a d’abord l’avantage du prix, ensuite les émissions polluantes et enfin les réserves et la moindre dépendance au pétrole. Pour ce qui est du prix,  le GPL bénéficie d’une taxe intérieure sur les produits pétroliers très avantageuse. Il est donc moins couteux à quantité d’énergie équivalente que l’essence conventionnelle. Le GPL est un carburant peu polluant car il émet 20% de CO² en moins alors que son moteur a une consommation équivalente qu’à celle de l’essence. Mieux, le GPL libère entre 20 et 60 % de monoxyde de carbone en moins que l’essence, 30 à 60 % pour les hydrocarbures imbrûlés et 15 à 40 % pour les oxydes d’azote. Le soufre, le plomb, les particules ou encore le benzène qu’on retrouve dans l’essence conventionnelle, sont absents du GPL, ce qui le rend d’avantage attrayant.

Vignette Crit’air 1 avec le GPL

gpl

Grâce à tout ceci, les véhicules qui carburent au GPL ont automatiquement la pastille verte qui permet de circuler en tout temps, même en cas fortes pollutions.  Le GPL représente pour finir un carburant d’une moindre dépendance au pétrole. Cela s’explique par son origine mixte entre pétrole et gaz naturel, qui ne le rendent donc pas dépendant des fluctuations et tensions liées aux décisions des pays exportateurs de pétrole.

La solution éthanol, l’autre alternative

Les ventes d’éthanol se sont envolées en France depuis l’arrêté autorisant l’homologation des boîtiers de conversion. Ainsi, il s’est écoulé 34 millions de litres a l’été 2018, contre la moitié un an plus tôt. Et c’est un succès sans doute encore moindre tant l’éthanol jouit d’un coût très abordable d’environ 0,70 euros le litre, ce qui le place hors de portée de toute concurrence. C’est un carburant parfait pour une automobile Flex-fuel de série car le moteur sera alors optimisé vu que son circuit est adapté au caractère corrosif de l’éthanol.

Avec une puissance calorifique moindre comparée à celle de l’essence, un véhicule équipé d’un boitier et rempli à l’éthanol sur-consomme. Et ceci, dans une marge d’au moins 20 % de plus que l’essence sans plomb. Néanmoins le gain est évident au regard du prix au litre de l’éthanol.

Entre GPL et Ethanol, lequel est le plus approprié ?

gpl

L’éthanol a de nombreux points positifs. Entre son prix, le moins cher du marché, le fait qu’il soit une énergie renouvelable, que son émission de gaz à effet de serre soit réduite de 70% en sortie d’échappement sont autant d’arguments qui militent en sa faveur. Pourtant le GPL n’est pas en reste avec son coût de moins de 0, 80 euros. Adopté par des centaines de milliers de voitures en France, il dispose, contrairement à l’éthanol, d’un maillage fort de stations pour le servir.

C’est donc une solution bien moins polluante que le diesel car un véhicule GPL ne rejette presque  pas de particules et d’oxydes d’azote. Mais l’avantage le plus décisif reste que le GPL est plus écologique que l’essence avec des émissions inférieures de 20 %. Un véhicule qui passe au GPL aura un moteur qui consomme pareil qu’à l’essence, ce qui n’est pas le cas de l’éthanol.